résidence

Résidence Frontières 2016 au Musée de l'histoire de l'immigration

La lauréate de l'appel à projet Frontières 2016 est la réalisatrice Martina Magri pour le projet La tentation de la forteresse.

En résidence au Musée national de l'histoire de l'immigration de mars à septembre 2016, Martina Magri réalisera un court métrage La tentation de la forteresse et proposera des rencontres autour de son projet. Elle mènera aussi un blog dédié à sa résidence et à la fabrication du film.

Avec le soutien de la SACEM.

Voir le carnet de résidence en ligne

 

Rencontres autour de la résidence
au Musée de l'histoire de l'immigration

Rencontre 1 => Jeudi 14 avril à 19h30 -  Auditorium du Musée

avec Annie Fourcaut, professeur émérite d'histoire contemporaine Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, et Martina Magri

Fims projetés :
- L’Amour existe de Maurice Pialat - documentaire, 20 min,1960
- Périphéria de David Coquard-Dassault  - animation, 12 min, 2015 - Prod. Autour de Minuit

Constitution de la banlieue parisienne et son évolution au cinéma : du regard tendre que portait Maurice Pialat sur sa banlieue d'origine à l'univers désaffecté et en ruine de David Coquard-Dassault.

Martina Magri présentera aussi son projet La tentation de la forteresse et projettera ses premiers matériaux de travail.

Auditorium du Musée (293 av. Daumesnil, 75012, Paris) - Entrée libre

 

Rencontre 2 => Jeudi 26 mai à 19h30 - Auditorium

L'image-document : avec Jean-Gabriel Périot, réalisateur, Laurent Durupt, compositeur, et Claire Demoulin, doctorante en études cinématographiques

À partir d’une sélection d’extraits du film Une jeunesse allemande de Jean-Gabriel Périot, la rencontre portera sur l’image-document, la valeur des archives audiovisuelles et leur apport à la connaissance et à l'écriture de l'histoire. En conclusion, Laurent Durupt présentera sa manière d'aborder les archives d'un point de vue musical pour le court métrage La tentation de la forteresse de Martina Magri.

Pour en savoir plus sur la rencontre

 

 

Film La tentation de la forteresse

Crédit image : Archives de la Voirie de Paris

Le boulevard périphérique de Paris, chantier-symbole de la promesse de modernité de la ville pendant les Trente Glorieuses, s’étend de 1956 à 1973. À la lumière des divisions que cette ceinture impose aujourd’hui, en désignant un centre et une périphérie, peut-on penser que Paris ait construit, pendant ces années, non seulement un axe routier majeur, mais aussi sa forteresse ?

Le film se structure autour du montage dialectique des images d’archive de plusieurs événements historiques concomitants : la construction du boulevard périphérique, la guerre d’Algérie, Mai 68. Sur les images se tissent les voix des ouvriers du chantier, retrouvés aujourd’hui, livrant leur mémoire de la construction du rempart routier. 

 

Crédit image : Archives de la Voirie de Paris

 

Martina Magri est née en 1985 à Modène, en Italie.

Après des études en cinéma à la Sorbonne, elle commence à travailler pour la société de production Idéale Audience, où elle épaule Pierre-Olivier Bardet et Delphine Camolli dans la création du label DVD idéaleaudience. C'est pendant cette période qu'elle rencontre Frederick Wiseman et fait partie de l’équipe de production du film La Danse.

Après un bref parcours de scénariste, elle se consacre à la réalisation de films documentaires et expérimentaux. Après La Plaie (sélectionné au SESIFF de Séoul en 2012), La tentation de la forteresse est son deuxième court-métrage.