projection-rencontre

Projection-rencontre autour du montage avec Joële van Effenterre au Nouvel Odéon

Après Daniel Deshays pour le son, Renato Berta pour l’image, et Alain Guiraudie pour la réalisation, Joële van Effenterre vient porter son regard de monteuse sur trois films produits par le G.R.E.C. « Monter un film consiste à constamment faire des choix. C’est aider le réalisateur à faire apparaître ce que, parfois, il ne voit plus. Premier spectateur du film, le monteur travaille avec deux maîtres : le réalisateur et le film. C’est un interprète. »
Première monteuse membre du jury du festival de Cannes en 1992, Joële van Effenterre a travaillé avec Costa-Gavras, Bertrand van Effenterre, Diane Kurys, Alexandre Arcady, Jean-Jacques Zilbermann, etc. En 2001, elle a réalisé au G.R.E.C le film Lettre à ma mère, naître et renaître.

Films projetés : Essai de reconstitution des 46 jours qui précédèrent la mort de Françoise Guignou de Christian Boltanski (1972, 18 min, DVCam, N&B) ; Paysage emprunté #2 de Dania Reymond (2013, 20 min, DCP, couleur)  ; Le facteur humain de Thibault Le Texier (2012, 28 min, DCP, Couleur et N&B)

Entretien mené par Cécile Vargaftig, scénariste et vice-présidente du G.R.E.C, en présence de Dania Reymond et Thibault Le Texier. Séance en partenariat avec le Nouvel Odéon.